Publié le sous Blogue.

La gestion des ressources humaines et l’organisation du travail se retrouvent en pleine révolution. Les études le confirment depuis quelques années : le salaire n’est plus l’élément principal de motivation pour un employé. Cet aspect dégringole d’années en années laissant place aux facteurs humains au travail tels que les relations et le sens au travail, la reconnaissance, etc.

Pourquoi de tels changements? Est-ce la concurrence mondiale impacte non seulement la vente de produits, mais également le recrutement de spécialistes? Est-ce que les milléniaux entrant sur le marché du travail modifient les mœurs?  Est-ce la pénurie de main-d’œuvre?

Toutes ces réponses font partie d’une telle révolution.

Les changements ne datent pas d’hier. Ils prennent davantage d’espace et laissent pourrir derrière les entreprises peu agiles dans une réalité en mouvement. Les entreprises en TI font jaser avec leurs nouvelles méthodes mais le secteur industriel doit aussi effectuer ce virage. Pour reprendre les paroles de Productique Québec, « Les entreprises manufacturières qui voudront réussir leur virage 4.0 devront adapter leurs pratiques pour attirer et fidéliser la main- d’œuvre mais surtout pour réussir un changement organisationnel avec harmonie.»

Est-ce que nos pratiques humaines ont évolué au même rythme de l’industrie?

En 1950, 5 M de voitures étaient construites par année dans le monde.  En 2012, l’Amérique du Nord en vendait 72 M. Au total, sept voitures sont produites et vendues chaque seconde dans le monde.  Afin d’arriver à des quantités aussi élevées, l’industrie a dû entièrement s’adapter.  La machinerie a changé, les chaînes de montage ont évolué, l’industrie s’est adaptée au marché, les métiers ont changé : qu’en est-il de vos pratiques de gestion? 

80% des nouveaux postes sont axés sur le savoir. Qu’offrez-vous comme environnement pour favoriser la créativité et l’innovation? Que faites-vous pour que vos employés offrent le meilleur d’eux-mêmes chaque jour?

Pour continuer la comparaison entre la machinerie et son opérateur, je pose la question suivante : laquelle de ces situations est moins dispendieuse? Un appel de service pour la maintenance d’une machine ou l’arrêt de la chaîne de montage à 2h du matin après un accident de travail?  

La prévention en santé physique, psychologique et l’amélioration de la satisfaction au travail sera toujours moins dispendieuses. Il faut savoir miser juste pour que vos actions aient un réel retour!  Le 3 juin prochain, je démonterai l’impact financier pour une organisation à prendre soin de ses employés comme s’ils étaient des clients. Parfois, les plus petits gestes sont les plus porteurs…

Jessica Mackey

Présidente Via L’Attitude

Jessica Mackey, sera présente en tant que conférencière lors du prochain Colloque Gestion et Ressources Humaines 2017, une présentation du Journal de Québec, les 2 et 3 juin 2017.

Horaire du colloque : http://bit.ly/HoraireColloqueGRH2017

 


Les commentaires sont fermés.