Publié le sous Blogue, Gestion et Ressources humaines.

Populaires chez nos voisins outre-Atlantique, les réseaux sociaux d’entreprises commencent à se tailler une place au Québec. Parmi ces outils aux bénéfices multiples, Poka le premier réseau social d’entreprise pour les manufacturiers. Nous avons rencontré Alexandre Leclerc, président et cofondateur du réseau social, pour mieux comprendre les enjeux qui gravitent autour de cette plateforme à laquelle de très grandes organisations font déjà confiance.
 Poka


De Youtube à Poka

Poka n’a pas pour ambition de ravir la seconde place à Youtube sur le podium des moteurs de recherche au Québec. Toutefois, si vous oeuvrez dans le secteur manufacturier, il est fort possible que vous entendiez parler de cette startup québécoise au potentiel extrêmement prometteur ! « Tout commence avec un problème de douche ! » nous confie Alexandre Leclerc, président et cofondateur de Poka. « Incapable de régler le chauffe-eau j’ai regardé sur Youtube comment ajuster celui-ci afin d’éviter de prendre une douche froid. En moins de 2 minutes, le problème était réglé et ma douche fonctionnait normalement » avoue le jeune entrepreneur. Il n’en fallu pas moins pour Alexandre, qui a l’époque travaillait chez les Biscuits Leclerc, pour transposer cette idée dans le monde manufacturier.
 

La révolution Poka en marche !

Après une levée de fonds culminant à 2,5 millions de dollars en décembre 2014, Alexandre Leclerc et Antoine Bisson, CTO et cofondateur de Poka, sont prêts à révolutionner le secteur manufacturier ! Leur objectif : faciliter les interactions entre machines et humains. Pour cela, la startup de Québec mise sur la vidéo, un média qui avait déjà à l’époque les faveurs des employés à la recherche d’informations. « Lors de notre phase d’observation, nous nous sommes rendus compte que les employés allaient naturellement chercher l’information dont ils avaient besoin sur Youtube » confirme Alexandre Leclerc.

Grâce à Poka, chaque employé est à la fois acteur et spectateur quant à la transmission du savoir au sein de l’organisation. Chaque employé est en mesure de proposer sa solution, sous forme de vidéo, pour répondre à un problème qu’il rencontre avec une machine. Une fois approuvée par sa direction, la vidéo est partagée à l’ensemble du réseau et des sites manufacturier que compte la compagnie à travers le monde. Le savoir est ainsi centralisé et le transfert de connaissance assuré malgré la distance.Poka : plus qu’un Youtube professionnel

En plus de faciliter le partage et la rétention des connaissances au sein d’une entreprise manufacturière, Poka brise également les silos entre les différents départements de l’entreprise et bonifie ainsi la communication interne à l’organisation. « Suite à l’implantation de Poka, le party de Noël de Biscuits Leclerc a connu une hausse de la fréquentation de 33 % » nous confie Alexandre Leclerc, cofondateur de la startup. En cause, un fil de nouvelles disponible à même la plateforme, qui permet aux employés de partager différents contenus et d’échanger notamment avec les membres de la direction. « En plus de réduire les erreurs, les temps d’arrêt ou encore le temps de formation, Poka permet avant tout de replacer les communications entre les individus au coeur de l’entreprise » ajoute Alexandre Leclerc.
 

A-t-on besoin d’un bassin minimal d’utilisateur ? Comment fonctionne le système de modération ? Est-ce qu’il existe un algorithme permettant de privilégier la visibilité de certaines informations ? J’ai eu la chance d’obtenir les réponses à toutes ces questions qui, probablement, vous brulent les lèvres. Pour y trouver la réponse, je vous invite donc à assister à la conférence d’Alexandre Leclerc lors du Colloque Gestion –  RH.

Les commentaires sont fermés.